Au début des années 1930, elle prend conscience de l'inégalité entre les hommes et les femmes.
Elle a un emploi de secrétaire dans la fonction publique, mais en pleine crise économique, son salaire ne suffit pas à subvenir aux besoins de sa mère, de ses frères et de ses sœurs.

Elle demande à Adélard Godbout, alors ministre de l'Agriculture, une augmentation de salaire qui lui sera refusée.

Le ministre Godbout lui explique qu'elle reçoit déjà le salaire maximal auquel elle a droit en tant que femme.
Un homme au même poste, lui explique-t-il, aurait eu droit à un salaire plus élevé.

Annette Côté-Savoie n'en revient pas.
C'est à ce moment, dit-elle, qu'elle est vraiment devenue féministe.
Puis, elle a transmis ce désir d'équité à ses enfants et son époux.