Les pays en développement sont de plus en plus amers et mécontents de la tournure des négociations sur le climat à Paris.

Jeudi, ils ont accusé les pays riches d'ignorer les inquiétudes des plus pauvres et des plus vulnérables.