13. avr., 2022

💰 Z : la bonne Pensée, la bonne Parole, la bonne Action

<

 

👉💬

 

💰 

Le miracle

  • Le miracle, c’est-à-dire la supercherie,
  • est le fondement de nombreuses religions,
  • propagés par les marchands de religion en vue d’attirer les peuples vers leur commerce.
  • La propagation de l’idée du miracle à travers le temps est un facteur qui finit par ôter toute possibilité de réflexion aux adeptes de ces religions.
  • Il est étonnant de constater que certaines personnes qui,
  • par ailleurs,
  • dans des domaines scientifiques occupent des rangs élevés, et relèvent avec facilité et perspicacité les supercheries des autres religions, sont souvent incapables d’étudier profondément leurs propres croyances religieuses
  • et d’y déceler les vérités.
  • Le lavage de cerveau qu’elles ont subi par les marchands de religion a fait qu’ils admettent dans le domaine de leurs croyances religieuses,
  • des pensées erronées,
  • sans valeur et superstitieuses qui n’ont aucun lien avec la connaissance et la culture.
  •                                         Clic:👍    Derniers rites à la tour du silence

    •   Je veux créer des œuvres qui travaillent dès l'aube à l'accroissement du jour,
    • des œuvres qui réjouissent le regard d'un dieu à la lumière du soleil.» (Zarathoustra, les Gâthâs, 7e siècle avant notre ère)

      «     Parle avec la langue,
    • comme tu penses avec ta pensée
    • et agis de tes mains
    • selon la perfection de la pensée.»(Dênkart, 7" siècle de notre ère)
    • Dakhma
    • Le dakhma est une large tour avec une plate-forme ouverte sur le ciel.
    • Les cadavres sont laissés sur la plate-forme pour être nettoyés par des vautours, processus qui ne prend que quelques heures.
    • Cela permet à un corps d'être consommé avant qu'une corruption dangereuse ne s'installe.
    • Les corps ne sont pas placés sur le sol car leur présence corromprait la terre. Pour la même raison, les Zoroastriens ne crément pas leurs morts car cela corromprait le feu.
    • Les os restants sont déposés dans une fosse à la base du dakhma .
    •  Traditionnellement,
    • les Zoroastriens évitent l’inhumation et la crémation comme méthodes d’élimination,
    • car le corps profanera la terre dans laquelle il est enterré ou le feu utilisé pour l’immoler.
    • Toutefois, dans de nombreuses régions du monde,
    • les Zoroastriens n’ont pas accès aux dakhmas et se sont adaptés, acceptant l’inhumation et parfois la crémation comme méthode alternative de mise au rebut........